4ème REUNION de la FAMILLE HAUVILLE

HAUVILLE – Eure - 25 et 26 octobre 2008

La 4ème Réunion de la Famille Hauville a eu lieu le dimanche 26 octobre 2008 dans la commune d’HAUVILLE dans l’Eure. La veille, samedi 25 octobre, avait été consacrée à la préparation de cette cousinade et à l’assemblée générale de l’association GFH (Généalogie Famille HAUVILLE)

Samedi 25 octobre 2008

Dès le samedi matin, André-Marie, Evelyne, Edwina et Stéphane commencent à installer les tables, chaises, rétro-projecteur, nappes colorées et leurs serviettes assorties, assiettes, couverts et verres. Le bar de la salle est également décoré des mêmes nappes. Vers 13 heures, ils sont rejoints par des cousins volontaires et commencent à afficher d’une part l’arbre généalogique général et d’autre part tous les arbres généalogiques « particuliers ».

L’arbre généalogique général, installé sur le mur principal, est composé de 390 feuilles de format A4 et représente 16 m de long sur 1,50 m de haut.

André-Marie a directement inclus sur les arbres les photos de ceux qui les lui avaient envoyées. Tout devient plus explicite et plus vivant.

Grâce aux recherches effectuées depuis la cousinade de 2006, les arbres généalogiques « particuliers » sont désormais au nombre de 20. Ce sont en fait des « bouts d’arbre » que nous ne pouvons relier pour le moment à l’arbre généalogique général car aucune personne connue à ce jour ne permet de faire le lien.

Certains volontaires ayant déjà participé à l’affichage des arbres en 2006, la logistique est mieux rodée cette année. Des petits groupes se forment qui prennent chacun en charge l’affichage d’un arbre, avec toujours la même répartition des tâches : les premiers découpent des boulettes de pâte à fix, les deuxièmes prennent les feuilles et collent les boulettes, les troisièmes les apportent (dans l’ordre surtout) aux quatrièmes qui sont chargés de coller sur le mur.

D’autres volontaires arrivent en cours de route et renforcent les équipes. Malgré tout, à 16h30, l’arbre général n’en est qu’à la troisième ligne sur les cinq à installer et il faut arrêter pour tenir l’Assemblée Générale de l’association, au cours de laquelle sont évoqués tous les points ordinaires d’une assemblée mais surtout l’avancée des recherches.

Une réunion du Conseil d’Administration suit l’assemblée.

Pendant ce temps, l’affichage continue, et inexorable le temps passe, il faut à nouveau arrêter pour aller dîner ...

Nous nous retrouvons à 30 au restaurant du Clos du Mas à Bourg Achard, dont Denise venue d’Australie et son fils Nicholas venu de Londres, et Viviane et Christian venus de Montauban. Les participants se connaissant déjà pour la plupart, soit depuis la dernière cousinade, soit pour avoir collé les arbres sur les murs l’après midi, la soirée est gaie et animée.

Dimanche 26 octobre 2008

André-Marie est à l’amende, car en arrivant à 10 heures passées, une vingtaine de personnes l’attendent déjà devant la salle.

On finit l’affichage de l’arbre général avec une équipe de jeunes. Heureusement qu’ils sont grands car la dernière ligne est haute et nous n’avons pas d’escabeau.

Thierry a réquisitionné une échelle double pour installer un écran de papier qui servira aux projections. Quel travail !

Marie-Pierre prépare le café et l’apéritif.

Pendant ce temps-là, Evelyne et Marie-Annick accueillent les participants et distribuent des tickets à ceux qui ont réglé le prix du jambalaya.

Stéphane les prend en photo pour constituer, avec leur accord, une photothèque qui servira à agrémenter l’arbre généalogique et à le rendre encore plus vivant.

Christine emmène un groupe pour une marche vers le moulin de Hauville. A son retour, d’autres participants arrivés entre-temps souhaitent également aller voir le moulin. Elle n’hésite pas et repart avec un deuxième groupe.

Dans la salle, l’ambiance est chaleureuse. C’est l’occasion de revoir des cousins rencontrés lors de la dernière cousinade, mais aussi de découvrir des participants venant pour la première fois. A nouveau, on remue les souvenirs et on prend des nouvelles des uns et des autres. Quelques erreurs sont corrigées directement sur les arbres ou notées pour une mise à jour ultérieure.

A 11h30, joyeuse ambiance autour de l’apéritif (sangria). C’est la découverte et le partage dans la bonne humeur.

A 12h30, dès que les deux immenses plateaux de jambalaya sont prêts, chacun se presse pour en admirer la présentation mais aussi pour être servi. De l’avis général, ce plat originaire de la Louisiane est excellent.

Les desserts ont été apportés par les cousins pour être mis en commun. Gilles, traiteur de métier, les met en scène avec ses deux fils. Ils font tous les trois une entrée très applaudie et très photographiée portant un très grand présentoir rempli de gâteaux et de feux de bengale.

Tout le monde contribue à couper et à distribuer les parts de gâteaux qui sont fort appréciées.

Le café servi par Marie-Pierre et Thierry conclut agréablement le déjeuner.

A 14h30, première photo de groupe, à l’intérieur de la salle, par un journaliste de Paris-Normandie. André-Marie et quelques participants sont interviewés par ce journaliste de presse écrite.

Puis un reporter de Radio Bleue Haute Normandie réalise l’enregistrement des interviews de Mireille et de Denise, pour laquelle Christine sert d’interprète. Pendant ce temps-là, la musique incite à la danse.

Stéphane présente les photos des participants prises le matin. Elles sont toutes d’excellente qualité. Certaines sont très applaudies.

Puis, André-Marie débute une présentation au rétro-projecteur. Il rappelle les recherches réalisées depuis 2006.

Mireille nous explique que ses recherches lui ont permis de reconstituer l’ascendance de Claude depuis 1700 jusqu’à ce jour.

Anne, qui a fait un remarquable travail d’historienne, nous raconte l’histoire d’Emile Hauville, centralien qui a contribué à l’essor de la Filature de la Martinique, d’Athis de l’Orne. Ses recherches ont donné lieu à une publication dans « l’Annuaire des Cinq départements de la Normandie et les Assises de Caumont. Congrès de Condé-sur-Noireau 2007, 165ème congrès. Avril 2008 ».

Denise intervient pour remercier de l’accueil qui lui a été réservé et dire combien elle a apprécié d’avoir pu vivre cette expérience extraordinaire avec son fils.

Marie-Laure lance un appel au nom d’un autre australien, Denis, venu en France au mois d’août 2008. Les Hauville australiens descendent tous d’un certain John Philip, assez énigmatique puisque les actes de naissance de ses enfants disent qu’il est né en France en 1841, mais son acte de décès dit qu’il est né au Canada. Les recherches entreprises par Anne et Jean, aidés par les cercles généalogiques de Seine Maritime n’ont pas permis de retrouver ses origines. Et comme il semble qu’il ait volontairement brouillé les pistes, les chances de trouver son ascendance sont très faibles. Les Australiens qui connaissent maintenant les cousins français, sont très désireux de savoir s’ils appartiennent à la même famille. Denis a donc proposé de réaliser des tests ADN pour répondre à cette question. Lui et deux autres Australiens sont prêts à faire le test. Un appel est donc lancé aux participants. Matthieu accepte, et d’autres seraient prêts à le suivre. Il faudrait trouver un représentant de chacune des branches pour que le test soit fiable. Affaire à suivre.

Marie-Laure explique encore aux participants que même sans avoir le talent d’historienne d’Anne, tout un chacun peut retracer la vie ou simplement une anecdote concernant un proche, parent ou grand-parent, en les interrogeant ou en exploitant des documents familiaux et des photos. C’est ainsi que d’une part, on évite de perdre la mémoire de la famille et qu’on rend la généalogie vivante. On peut alors transmettre à ses enfants ou petits enfants une meilleure connaissance de leurs racines et des aïeux. Souhaitons que lors de la prochaine cousinade, certains nous présenteront les documents qu’ils auront ainsi constitués, afin d’engager les autres à faire de même.

En fin d’après-midi, à la demande du journaliste de Paris-Normandie, nous sortons faire la traditionnelle photo de groupe devant la Poste du village parce le nom de Hauville y est apposé. Comme il y a deux ans, c’est à ce moment-là qu’il commence à pleuvoir. Mais le crachin n’arrête pas des normands ou descendants de normands.

Pendant toute l'après-midi, des documents disposés sur une table ont pu être consultés par tous :

La grande Famille Hauville se quitte enchantée de cette journée, s'embrasse et se promet de se rassembler après d'autres recherches fructueuses d'ici 2 ans.

Quelques membres restent pour remettre la salle en état et décoller les arbres, ce qui devient de plus en plus long au fil des années, compte tenu de leurs tailles. André-Marie les collectionne dans l’ordre pour pouvoir garder toutes les informations qu’elles contiennent.

Retour Ă  la cousinade 4