5ème REUNION de la FAMILLE HAUVILLE

HAUVILLE – Eure - 2 et 3 octobre 2010

La 5ème Réunion de la Famille Hauville a eu lieu les samedi 2 et dimanche 3 octobre 2010 dans la commune d’HAUVILLE dans l’Eure. Comme en 2008, certains de nos cousins sont venus d’Australie : Denis et Gunda, Tom et Melissa.

Le 20 juillet 2010, André-Marie avait répondu à un appel à témoin lancé par TF1 via Heredis. Il est contacté fin août par l’équipe de production qui a retenu notre sujet pour effectuer un reportage.

Ce reportage qui devrait être diffusé sur TF1 dans la deuxième quinzaine d’octobre 2010, a pour thème : Comment les nouvelles technologies type Facebook favorisent les contacts avec des cousins du bout du monde, et les impressions et sentiments ressentis de part et d’autre lors de la rencontre avec ces cousins de France?

Le contact que nous avions initié en 2008 avec la branche australienne des Hauville, ainsi que la venue de certains cousins australiens constituaient pour eux une bonne illustration du thème qu’ils souhaitaient développer.

Trois séances de tournage avaient déjà eu lieu avant la cousinade :

Samedi 2 octobre 2010

Dès le samedi matin, André-Marie et Evelyne, Marie-Laure, Viviane et Christian, Cyrielle et Guillaume mettent en place la salle. C’est un tourbillon de tables, de chaises, d’échelles, de panneaux, d’une pièce à l’autre jusqu’à ce que la salle prenne sa configuration définitive. Cette année, nous choisissons de faire une seule table en U plus rassembleuse et symbolique de notre grande famille.

Vers 13 heures, l’équipe de journalistes arrive et monte tout son matériel. Ils sont suivis peu après par Gérald et nos quatre cousins australiens, qui, au passage, en ont profité pour visiter Rouen.

Après un certain nombre de prises de vues et d’interviews, tout le monde se retrouve autour de sandwiches, dans une ambiance bon enfant.

Puis nous passons au traditionnel affichage des arbres généalogiques. Cette année, fini le collage des centaines de pages A4. Nous avons fait imprimer un arbre de la branche Française (long de 21 mètres), et un arbre de la branche Australienne (long de 4.50 mètres). Nous laissons à Denis le soin de dérouler et de fixer l’arbre australien, ce dont il s’acquitte avec beaucoup de sérieux et d’émotion. Il explique ensuite à son fils Tom, très intéressé, toutes les ramifications de cet arbre.

Viviane et Bernadette affichent également leur arbre qui, pour l’instant n’est pas encore relié à l’arbre général. Il a la particularité de montrer qu’à une certaine époque, un Hauville a épousé une Hauville, et que des descendants de deux frères (Pierre et Laurent) se sont mariés ensemble quelques générations plus tard.

Puis, d’autres cousins nous ayant rejoint, nous nous « attaquons » à l’affichage de l’arbre de la branche Française. Et là, nous avons quelques sueurs froides. La pâte à fix ne colle pas sur certaines parties du mur. Elle ne suffit pas à porter le poids du rouleau à afficher. Heureusement les Hauville ne sont jamais sans ressource ! Stéphane revient avec du collant double face et… cela tient. Ouf !

Cet arbre est aussi imposant que beau avec ses pavés façon parchemin.

On dispose également des tables avec tous les documents résultats de toutes les recherches généalogiques (relevés d’actes, livres historiques, …), les photos d’ancêtres, et le livre d’or. Tout est désormais prêt.

Après une séance de photos de groupe devant la poste de Hauville pour les besoins du tournage, nous nous attaquons « aux choses sérieuses ».

Recherches australiennes et Tests ADN

Une première réunion de travail se tient avec tous les membres présents (voir le compte-rendu). Elle est dédiée à la recherche de l’origine de John Phillip Hauville, l’ancêtre de Denis et Tom. Cet homme, qui semble avoir tout fait pour masquer et brouiller ses origines, serait né vers 1841 en France (d’après les certificats de naissance de ses enfants) et au Canada (d’après son certificat de décès). Il aurait émigré en Australie vers 1860. Il s’est marié à une irlandaise, Elizabeth O’Leary en 1865, et est décédé accidentellement d’une balle dans la tête en 1905.

Un point est fait sur les nombreuses recherches effectuées par Denis en Australie, puis sur les recherches déjà effectuées en France. Des axes de travail sont listés et répartis entre les volontaires. Par ailleurs Denis évoque la possibilité de créer un groupe de Hauville Australiens susceptibles de payer un généalogiste professionnel pour, enfin, percer ce mystère.

Enfin est évoquée et beaucoup discutée, sur le plan éthique, l’hypothèse d’une recherche ADN pratiquée à partir de deux Hauville australiens et de deux Hauville français.

Après une très courte pause, on passe à l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Association GFH, suivie du Conseil d’Administration qui nomme les nouveaux administrateurs et membres du bureau.

Il est déjà 19 heures et nous avons bien gagné le droit à l’apéritif préparé par Thierry et Marie-Pierre, comme toujours. Belle ambiance autour du Bar. Plus de barrière de la langue. Tout le monde fait des efforts pour s’exprimer en français, anglais et même en allemand, et tout finit dans les rires.

L’animation et la bonne humeur ne se démentent pas tout au long de l’excellent dîner entièrement préparé par Cyrielle. Les rires fusent. Les verres trinquent. Des toasts sont portés. On rêve à un voyage possible en Australie….

Mais la soirée ne fait que commencer. Alain et Marie-Annick ont apporté une sono et Stéphane joue les DJ tandis que sur la piste tout le monde danse, grands et petits confondus. L’ambiance ne baissera pas jusqu’à 2 heures du matin, où raisonnablement il faut aller se coucher pour être à nouveau d’attaque à 10 heures le lendemain.

Une bonne journée de rencontre, de travail et de liesse vient déjà de se finir. Elle a passé tellement vite !

Dimanche 3 octobre 2010

Les plus matinaux préparent la salle et dressent les tables pendant que d’autres installent l’accueil. Pendant ce temps-là, Gérald emmène nos cousins australiens à la découverte de la commune de Hauville. Denis et Gunda, qui étaient déjà venus ici il y a quelques années, font découvrir à Tom et à Melissa la campagne normande, les maisons à colombages, les pommiers et les vaches normandes, le moulin de pierre…

Gérald les emmène faire un tour au marché des légumes oubliés.

Les responsables de l’accueil enfilent les T-shirts décorés pour l’occasion par Denis avec une image d’Astérix disant à Obélix devant une photo de groupe d’une cousinade précédente : « Ils sont fous ces Hauville ». Ces T-shirts auront un succès garanti toute la journée et donneront lieu à de nombreux fous rires. Tout le monde en aurait voulu, mais ils sont en nombre limité. C’est une idée à retenir pour la prochaine cousinade.

Marie-Annick et Evelyne accueillent les participants au fur et à mesure de leur arrivée.

Stéphane assisté par Christine les prend en photo pour constituer, avec leur accord, une photothèque qui servira à agrémenter l’arbre généalogique et à le rendre encore plus vivant.

On s’embrasse. On est content de se retrouver. On demande des nouvelles des uns et des autres. De petits groupes se forment autour des arbres généalogiques ou autour des documents exposés.

Pendant toute la journée, des documents disposés sur des tables ont pu être consultés par tous :

On fait connaissance avec les nouveaux participants. Les discussions vont bon train dans la bonne humeur générale.

Un peu à part, Bernadette et Viviane travaillent activement devant l’ordinateur et réussissent à raccorder leurs deux branches. Elles sont heureuses. C’est le fruit d’années de recherche.

Dans un coin de la salle, la paëlla se prépare.

Marie-Pierre et Thierry appellent à l’apéritif et l’ambiance monte.

Comme la veille, il n’y a plus de barrière de langue et on ne sait pas si ce sont les cousins australiens qui sont intégrés ou l’inverse tant on a l’impression qu’ils ont toujours fait partie de la famille.

Après avoir admiré le plat de paella, chacun va chercher sa part et le repas commence, très animé. Certains ayant apporté du bon vin, les bouteilles sont appréciées.

De l’avis général, la Paëlla est délicieuse. Il n’en restera pas.

Les desserts ont été apportés par les cousins pour être mis en commun. Tout le monde contribue à couper et à distribuer les parts de gâteaux qui sont véritablement dégustées. Le café servi par Marie-Pierre et Thierry conclut agréablement le déjeuner.

Puis André-Marie au micro, aidé d’un rétroprojecteur, fait part de la vie de l’association GFH et de l’avancée des recherches depuis la dernière cousinade

Il annonce les décisions prises la veille pour chercher l’origine de John Phillip. Il explique la démarche retenue pour faire les tests ADN. Denis tient à préciser que quels que soient les résultats des test ADN, nous sommes et nous resterons ses cousins et André-Marie au nom de tous lui confirme qu’il en va de même pour nous.

Denis lit le message de Denise (cousine australienne qui était présente avec son fils Nick en 2008) et Marie-Laure traduit. Toute l’assemblée lève son verre et trinque à Denise et Nick.

Evelyne offre à Denis et Gunda un tableau qu’elle a fait à leur intention, et qui retrace symboliquement le séjour des cousins australiens en France (l’avion d’Australie en France, La Tour Eiffel, le 4x4 de Gérald qui a transporté les cousins australiens pendant leur séjour, Denis et Gunda à vélo sur les bords de la Loire, le Moulin de Hauville, une étiquette de Camembert symbolisant la Normandie et un arbre symbolisant notre grande famille.)

Denis et Gunda remercient toute l’assemblée pour ce tableau et pour tous les cadeaux reçus des uns et des autres.

Un moment mémorable : alors que Denis et André-Marie parlent au micro, Denis donne son Tshirt Astérix à André-Marie. A la demande générale, André-Marie n’hésite pas à enlever sa chemise et à endosser le Tshirt. L’ambiance est survoltée.

Pendant toute l’après-midi, on rit beaucoup. Chacun prend des photos pour garder des souvenirs.

Cette année la photo de groupe se fait à l’intérieur, car même si les Normands ne craignent pas la pluie, aucune accalmie n’a permis de la prendre à l’extérieur. Tout le monde se regroupe devant et sur l’estrade et c’est Stéphane qui prend la photo de groupe.

Evelyne appelle les participants à signer le livre d’or avant de prendre congé.

En fin d’après-midi, il faut s’attaquer au décrochage des arbres. Là encore nous nous heurtons à une difficulté technique. On ne peut plus rouler l’arbre de 21 m sur lui-même à cause du double face qui l’a fait tenir au mur. Il faut toute l’ingéniosité d’Alain pour trouver une solution. On retourne l’arbre à plat et on plaque un rouleau de nappe derrière qui neutralise le ruban collant. Ainsi l’arbre pourra être roulé et conservé.

L’arbre des cousins australiens est lui aussi roulé précieusement et remis dans son carton. Il sera remis à Denis qui le ramènera en souvenir en Australie.

Cette année, presque tout le monde a contribué à nettoyer et à remettre la salle dans son état initial. Preuve sans doute que chacun se sentait complètement impliqué dans cette cousinade et souhaitait prolonger encore un peu ces moments d’exception.

Et comme tout a une fin, tous les cousins se sont séparés en se faisant la promesse de se revoir dans deux ans.

Retour Ă  la cousinade 5